Antoinette fouque – « la violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ». | le club de mediapart

Arts et métiers
Photo Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart

Antoinette Fouque, une figure et des mouvements

A la fin de la décennie 70, Antoinette Fouque (mediapart) et d'autres militantes font le choix d'enregistrer le Mouvement de libération des femmes comme une association loi 1901. Cette théoricienne du féminisme figure parmi les militantes qui ont fondé le Mouvement de Libération des Femmes. Antoinette Fouque a lutté tout au long de son existence pour que le droit des femmes progresse.

En 1973, cette femme de lettres lance sa société d'édition, baptisée Les Editions des femmes, en même temps que les Librairies des femmes dans les 3 plus grandes villes françaises. Les Editions des femmes permettent à Antoinette Fouque de promouvoir l'élan créateur des femmes. Elle ouvre une première boutique dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris et y présente les ouvrages rédigés par des femmes. Le grand public a connu de nombreuses auteures grâce à la société d’édition d’Antoinette Fouque, qui propose des centaines d'ouvrages voués à la réflexion féminine.

Antoinette Fouque a travaillé dans l'enseignement après des études universitaires en Lettres. Dès le début de la décennie 1970, elle prend part à une UV sauvage au sujet de la sexualité féminine sous la houlette de Luce Irigaray, philosophe féministe. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque décroche un DEA. C’est à cette époque qu’elle fréquente Monique Wittig, romancière féministe. Vous ne le saviez sûrement pas, mais elle est la créatrice du cercle Psychanalyse et Politique, à l’origine du mouvement MLF.

L'Alliance des Femmes pour la Démocratie : son engagement en politique

A l'heure actuelle, les droits des femmes se trouvent toujours menacés et l’Alliance des Femmes pour la Démocratie lutte pour réfréner la montée des extrémismes identitaires. Antoinette Fouque est élue au parlement de Strasbourg de 1994 à 1999, après s'être présentée avec les radicaux de gauche. L'AFD fondée par la militante est plus que jamais active et se positionne à gauche. Au sein de la commission des droits de la femme au parlement européen, Antoinette Fouque prend la vice-présidence.